......Le plan rouge.
Le plan rouge est destiné à porter secours à de nombreuses victimes. Il prévoit les procédures d'urgence et les moyens à engager en vue de remédier aux conséquences d'un événement catastrophique. Chaque plan rouge est préparé au niveau départemental par le préfet, en liaison avec les autorités locales et les services et organismes qui participent à l'aide médicale urgente et aux transports sanitaires.

Le plan rouge a été créé par la loi n°87-565 du 22 juillet 1987 [1]. Le décret n° 88-622 [2] et la circulaire n° 89-21 [3] en précisent le contenu.
Déclenchement du plan

La seule autorité habilitée pour déclencher le plan rouge est le préfet. Cependant, pour des raisons évidentes d'efficacité, dès réception de l'alerte, le SAMU et les sapeurs-pompiers prennent les dispositions nécessaires.

Ils rendent compte de la situation sous la forme d'un premier bilan au cadre de permanence de la préfecture (directeur de cabinet, sous-préfet de permanence, agent d'astreinte du SIACEDPC [4]...) Ce bilan fait état de la localisation de l'accident, de sa nature, de sa gravité, du nombre de victimes.

Le plan est déclenché lorsque les moyens habituels de secours ne suffisent plus, et qu'il est nécessaire de coordonner l'action de différents services de l'Etat. Il peut s'agir d'un accident avec de nombreuses victimes (en général plus d'une dizaine) ou d'une situation qui laisse prévoir la possibilité d'un grand nombre de blessés à venir (exemple : mutinerie dans un établissement pénitentiaire).

Le préfet peut déclencher tout autre plan d'urgence requis pas la situation (exemple : plan ORSEC, plan blanc).

Dès le déclenchement du plan, il informe le préfet de zone de défense et le procureur de la République.

Les situations justifiant le déclenchement d'un plan rouge sont des plus diverses :

incendie de grande intensité, entrainant des risques immédiats pour la population

effondrement d'immeuble

accident du trafic routier, ferroviaire, ou aérien

actes criminels (agression collective par arme à feu, explosif, prise d'otages, attentat de tout type...)

accidents du travail

catastrophes naturelles

Pour déclencher un plan rouge, il faut qu'il y ait notion de nombreuses victimes.

Une intervention qui nécessite l'installation d'un PMA, induisant l'évacuation en milieu hospitalier d'au moins quinze victimes, justifie le déclenchement du plan rouge.

Le commandement opérationnel

Le commandant les opérations de secours (COS) assure sur le site de l'accident la coordination de l'ensemble des moyen de secours, publics, privés, ou associatifs. Il doit être aisément identifiable, et porte à cet effet un chasuble de couleur jaune, portant l'inscription « Commandant les Opérations de Secours ». Il dispose, sur les lieux de l'intervention, d'un poste de commandement opérationnel (PCO). Ce dernier doit intégrer l'élément de liaison fourni par la Police. Le COS dispose de deux adjoints : le directeur des secours incendie et sauvetage (DSIS), et le directeur des secours médicaux (DSM).

Le directeur des secours incendie et sauvetage (DSIS)

Cette fonction est assurée par un officier sapeur-pompier. Il assure :

la lutte contre le sinistre initial

les reconnaissances et recherches de victimes potentielles, en vue de les soustraire du milieu hostile

l'amorce des opérations de ramassage et premiers secours, en attendant la montée en puissance des moyens de la chaine médicale du plan.

Il porte un chasuble de couleur jaune portant l'inscription Directeur des Secours Incendie et Sauvetage.

Le directeur des secours médicaux (DSM)

Cette fonction est assurée, selon les départements, par un médecin sapeur-pompier, ou par un médecin du samu. Il lui appartient d'organiser les moyens de la chaine médicale, telle qu'elle est détaillée çi dessous :

Il porte un chasuble de couleur jaune portant l'inscription Directeur des Secours Médicaux.

La chaîne médicale

L'organisation de la chaîne médicale comporte trois phases d'intervention :

Le ramassage, qui comprend la relève et le transport des victimes jusqu'au PMA

La catégorisation et la mise en condition des blessés, effectuée au PMA

L' Evacuation du PMA vers les hopitaux, après régulation par le SAMU du département concerné

Le ramassage

L'action de ramassage prolonge les actions de dégagement. La mission ramassage est confiée à un officier SP, qui coordonne les missions dévolues à cette fonction.

Il porte un chasuble de couleur rouge portant l'inscription Officier Ramassage. Tous les personnels affectés à cette mission portent, afin de les rendre facilement identifiable, un brassard de couleur rouge.

On parle aussi de « noria de ramassage » ou de « petite noria ».

Le poste médical avancé (PMA)

Le regroupement des victimes est effectué au PMA, dont le responsable est un médecin (SP ou asmu selon les départements), désigné par le DSM. Ce médecin a pour missions :

d'effectuer la prise en charge des victimes

de catégoriser les victimes et de faire donner les soins adaptés à la nature des blessures

de faire rechercher les places hospitalières adaptées aux différentes pathologies (régulation médicale).

Il dispose à cet effet :

d'un officier SP (officier PMA) dédigné par le COS, chargé de gérer l'organisation et la logistique du PMA

de secouristes et personnels médicaux et paramédicaux

d'un secrétariat, composé de sapeurs-pompiers, et chargé :

d'établir les listes d'identification des victimes

de remplir le feuillet identification des fiches médicales de l'avant (FMA)

de transmettre la liste des victimes à l'officier PC DSM

Le cas échéant, et après accord du DSM, il peut être créé deux zones supplémentaires, distinctes du PMA (sous l'autorité du DSM) :

une zone de regroupement des victimes indemnes, sous la responsabilité de secouristes

une zone de prise en compte des impliqués médico-psychologiques, placée sous la responsabilité de médecins et/ou de psychiatres (CUMP).

Le médecin du PMA porte un chasuble blanc portant l'inscription médecin PMA ; l'officier PMA un chasuble blanc portant l'inscription PMA Les autres personnels du PMA portent un brassard blanc.

L'évacuation

La mission évacuation consiste à concentrer et à gérer l'ensemble des vecteurs d'évacuation, en fonction des besoins exprimés par le médecin responsable du PMA. Cette mission est confiée à un officier, avec à sa disposition des sapeurs-pompiers, afin d'organiser l'espace. Les vecteurs d'évacuation peuvent être médicalisés ou non médicalisés. Il peut s'agir de véhicules de sapeurs-pompiers, associatifs, d'ambulances privées, d'hélicoptères, ... La fonction évacuation s'assure que les victimes sont transportées par le moyens adaptés et vers les centres adaptés en fonction des instruction données par les médecins du PMA.

L'officier évacuation pourte un chasuble bleu portant l'inscription évacuation, et les personnels à sa disposition portent un brassard bleu.

On parle aussi de « noria d'évacuation » ou de « grande noria ».